Hymn For The Weekend

ce7404e1f37c0e075ee67ea2ba39fe34

Oh, angel sent from up above
You know you make my world light up
When I was down, when I was hurt
You came to lift me up
Life is a drink, and love’s a drug
Oh, now I think I must be miles up
When I was a river, dried up
You came to rain a flood

And said drink from me, drink from me
When I was so thirsty
Pour on a symphony
Now I just can’t get enough
Put your wings on me, wings on me
When I was so heavy
Pour on a symphony
When I’m low, low, low, low

Coldplay Poem and Mom Pinting.

“Life For Rent”

vacation

 

I haven’t ever really found a place that I call home
I never stick around quite long enough to make it
I apologize once again I’m not in love
But it’s not as if I mind
that your heart ain’t exactly breaking

It’s just a thought, only a thought

But if my life is for rent and I don’t learn to buy
Well I deserve nothing more than I get
Cos nothing I have is truly mine

I’ve always thought
that I would love to live by the sea
To travel the world alone
and live more simply
I have no idea what’s happened to that dream
Cos there’s really nothing left here to stop me

It’s just a thought, only a thought

But if my life is for rent and I don’t learn to buy
Well I deserve nothing more than I get
Cos nothing I have is truly mine

If my life is for rent and I don’t learn to buy
Well I deserve nothing more than I get
Cos nothing I have is truly mine

While my heart is a shield and I won’t let it down
While I am so afraid to fail so I won’t even try
Well how can I say I’m alive

If my life is for rent and I don’t learn to buy
Well I deserve nothing more than I get
Cos nothing I have is truly mine

If my life is for rent and I don’t learn to buy
Well I deserve nothing more than I get
Cos nothing I have is truly mine
Cos nothing I have is truly mine
Cos nothing I have is truly mine
Cos nothing I have is truly mine

 

Inspired- Dido

L’équilibre

Equilibre

La première nuit on s’emboîte
Puis transpirants on se décolle
Dos à dos comme une longue caresse
Qui lentement se dérobe
La millième nuit on suffoque
Besoin d’air et besoin d’espace
Nos pieds persistent puisqu’ils se touchent
Puis l’on s’évite puisqu’on se lasse
On rêve d’un goût inconnu dans la bouche
La nostalgie ne fait plus effet
C’est une pilule qui nous étouffe
Puis il y a cette femme qui tourne autour
Qui fait sa danse qui sème le doute
Et qui l’arrose de ses sourires
Mon dieu que la sensation est douce

L’équilibre est fragile
Quand on navigue entre les rives
Je commence, tu termines
L’orage nous tient
Immobile
Elle appuie là où ça fait mal
Jusqu’à ce que je craque
Jusqu’à ce que mes valeurs s’effondrent
Et que je passe à l’acte
Alors calmement tout explose
Il y aura l’avant et l’après
Comme une dose d’adrénaline
Sulfureusement injecté
Et puis je rentre tous les soir
Chaque fois un peu plus tard
Avant chaque baiser c’est la douche
Pour se dire bonjour et bonsoir
J’ai l’impression de devenir fou
C’est l’arythmie dans le myocarde
Est-ce que je perds pied
Est-ce que c’est bien la fin de notre histoire

Cette nuit tu n’as pas dormi

Je t’ai retrouvée dans le noir
Les yeux gonflés par le mépris
Par la tristesse et par la rage
La voix cassée par les larmes
Tu veux connaître tous les détails
Ou, quand, comment
Et ce qu’elle a de plus que toi
Comme un enfant désemparé
J’essaie de te prendre dans mes bras
Mais la porte claque
Ma vie vient juste de voler en éclat
Et le silence me tabasse
Quand je n’entends plus ta voix
J’essaie de prendre la mesure
De l’étendue des dégâts
Mais c’est trop tard

On me dit que tu vas bien
Que tu as refait ta vie
Et qu’il n’est pas du tout comme moi
Qu’il ne te fera jamais souffrir
Mais moi je n’vais pas bien
Moi je n’ai pas refait ma vie
Je me retrouve juste comme un con
Dans une mauvaise comédie romantique
A écouter nos chansons
A regarder nos vieux films
Jusqu’à connaître par coeur
Les premières lettres qu’on s’est écrites
Mais quand l’amour est trop fort
Il ne veux pas qu’on se défile
Et je te retrouve devant ma porte
Avec tes deux petites valises
La première nuit on s’emboîte
Puis transpirants on se décolle
Dos à dos comme une longue caresse
Qui lentement se dérobe
La millième nuit on suffoque
Besoin d’air et besoin d’espace
Et j’ai l’impression que chaque soir
C’est toi qui rentres un peu plus tard

KYO-L’équilibre